Commerces et restaurants

Commerces

A 500 m à Kergroës, supérette Proxi, pharmacie, boulangerie, bar-tabac-journaux et vente ambulante de poissons par Marie-Thé sur le parking de Kergroës les lundi et jeudi.

Pour les Food Trucks sur le parking du Proxi à Kergroës, le jeudi et le dimanche soir vous pourrez déguster les pizzas et glaces de l’Authentique, le vendredi et le samedi matin vous pourrez acheter des crêpes salées ou sucrées aux Crêpes En Ty Gwenn.

A 1 km, au port du Bélon, vente de poissons frais à l’arrivée des bateaux, affichage des horaires suivant la marée. Vous pouvez aussi en trouver sur le port de Doëlan rive droite.

A 5 km, à Moëlan sur mer, supermarchés Intermarché avec accès internet gratuit et supérette Proxi Super avec service traiteur et laverie libre service, cave à vin et tous types de petits commerces de bouche.

A Moëlan, vente de poissons et fruits de mer par Marie-Thé mardi et vendredi  sur le parking de l’Intermarché, coté station-service.

Marchés

A Kergroës, à 500 m de la maison, un petit marché se tient le samedi matin (légumes, poissons, fruits de mer, pain).

Le marché de Moëlan-sur-mer se tient le mardi matin autour de l’église, nous vous conseillons de stationner votre voiture au parking de l’Ellipse ou de l’Intermarché.

Le marché de Clohars-Carnoët le samedi matin, stationnement place Nava et le mercredi matin au Pouldu. En été, le marché nocturne qui se tient le dimanche soir rue des Grands sables et le marché d’artisanat et de producteurs locaux  le mardi en fin d’après-midi.

Un peu plus loin :

  • Riec-sur-Belon le mercredi matin et le samedi matin.
  • Quimperlé le vendredi matin place Saint Michel et le dimanche matin à coté des halles place Hervo.
  • Pont-Aven le mardi matin sur la place de l’Hôtel de ville.
  • Névez le samedi matin et en été le jeudi en fin de journée.
  • Trégunc le mercredi matin et le mardi en fin d’après-midi.
  • Concarneau le lundi et le vendredi matin, vous pouvez stationner sur la parking du port, ou alors sur la place Duquesne gratuitement et traverser ensuite le chenal avec le bac du passage. C’est le moyen le plus pittoresque de venir au marché.

Spécialités locales

A Riec-sur-Bélon les huîtres du Bélon mais aussi à Merrien les huîtres Morvan.

Dans les boutiques des Galettes de Kemperlé, de la biscuiterie de Pont-Aven ou celle de Traou-Mad, vous trouverez de nombreuses spécialités bretonnes. Il faut aussi découvrir l’andouille de Baye, le cidre des Bouteilles à l’amère à Clohars-Carnoët et du Pressoir du Bélon (Goalabré) à Riec-sur-Bélon.

Les crêpes et le Kouign Amann sont vendus dans toutes les boulangeries locales ou dans les commerces ambulants à Kergroës devant le Proxy ou sur la place du bureau de Poste.

Un peu plus loin à Tregunc la Conserverie Courtin et la Brasserie Britt pour les amateurs de bières, à apprécier avec modération.

Restaurants

Sans vous déplacer, vous pouvez réserver notre table d’hôtes, composée de plats faits de produits locaux et de saison cuisinés par nos soins comme par exemple : les crêpes salées et sucrées (à base de farines du Moulin de Restaudran), des spécialités bretonnes (Kig ha farz en hiver), les produits de la mer (les Moules de la Laïta, les huîtres de Merrien), les légumes bios de la Main au Panier, le cidre des Bouteilles à l’amère, l’andouille de Baye

Pour les restaurants nous vous conseillons fortement de téléphoner pour réserver votre table très tôt à l’avance afin de vous éviter de vous retrouver devant un restaurant complet ou fermé.

Sur la plage de Kerfany, un bar-restaurant l’Auberge de la mer face à la plage avec une grande terrasse.

Les Food Trucks, sur la plage de Trenez le Bar des îles et sur le port de Brigneau les Penn Sardines.

Au bourg de Moëlan-sur-Mer : la Cantina, la Crêperie du Préau, la Poêle Toquée, le bar aux 3B.

A Riec-sur-Bélon : Chez Jacky, Anne de Belon, les Huîtrières du Château pour déguster les fameuses huîtres du Belon et des fruits de mer, la crêperie Chez Angèle dans une jolie chaumière, en ville le Relais de l’Océan ou l’Hôtel-restaurant Ty-ru.

A Doëlan, les restaurants de poissons et de fruits de mer : sur la rive gauche le Suroît, sur la rive droite le Trois mâts.

A Clohars-Canoët : la Crêperie Saint Maurice avec une très belle vue sur la Laïta, La Pigoulière au Pouldu, proche de la plage du Kérou qui propose une plateau de fruit de mer sur réservation.

Discothèque

Le Récif, lieu-dit Kerhalon à Riec-sur-Bélon.

Le Pouldu, un regard sur l’océan

Station balnéaire réputée de notre territoire, tant pour ses plages que pour ses paysages peints par Gauguin, le Pouldu est un endroit où se cachent de nombreux trésors d’architecture, témoins de l’histoire de son développement au fil du temps.

Le Pouldu en BD

Quand Gauguin et ses amis artistes s’installent en 1889 dans l’établissement de Marie Henry, La buvette de la Plage, nous sommes loin de la station populaire d’aujourd’hui.

De grandes dunes de sable règnent sur la côte et seules quelques fermes, dispersées autour de petits hameaux, viennent habiller l’arrière-pays. En comparaison avec l’intense activité artistique de Pont-Aven, ville marchande, Le Pouldu apparaît sauvage et propice à la solitude.

LePouldu-gauguin
Peinte par Paul Gauguin, Paysage au Pouldu – La maison isolée, 1889

À cette époque, quelques maisons sont disséminées sur le chemin menant à la plage des Grands sables. Le tourisme balnéaire est à ses prémices, et l’endroit est seulement fréquenté par quelques notables de Quimperlé pour la balade. En 1875, un notaire de la Ville fait construire la première maison en bord de mer. Cette bâtisse, surnommée Pen Du ou la maison isolée, est flanquée d’un mur en pierre qui caparaçonne la falaise. Son allure de vaisseau de pierres échoué a inspiré de nombreux tableaux.

lechemindespeintresÀ la suite, l’une des premières villas à s’implanter est le Castel Treaz, le château de sable. Située à proximité de la plage, elle est commandée par Henry de Mauduit. En octobre 1889, Meyer de Haan y loue le second étage comme atelier de peinture. Un atelier qu’il partage avec son professeur Paul Gauguin à qui il paie le gîte et le couvert chez Marie Henry.

Sentant l’attrait touristique pour ce coin de Finistère, plusieurs projets d’hôtel vont s’implanter. En 1894, Alphonse Marrec se lance dans l’aventure avec l’Hôtel des bains.

La mode du balnéaire n’étant pas encore là, l’édifice est modeste et propose six chambres face à la mer. Mais douze ans plus tard, l’hôtel s’agrandit dans un style classique, avec en location soixante chambres. Son établissement est aussi le premier à installer des cabines sur la plage, et à proposer une bassine d’eau pour les pieds avant de regagner sa chambre, pour éliminer le sable.

Au début du XXe siècle, l’urbanisation s’étend et des projets, organisés en lotissement, sont lancés notamment le long de la rue du Philosophe Allain. Chaque maison est construite plus ou moins selon le même plan, mais elles ont aussi la particularité d’être ouvertes autant du côté mer que du côté campagne.

Durant l’entre-deux-guerres, le Pouldu est devenu une station balnéaire respectable. Les sept hôtels à proximité de la plage des Grands sables attirent une clientèle riche parisienne, belge ou anglaise.

LePouldu-GrandsSable
Le Pouldu, les Grands Sables de bon matin

Après la guerre, la station va s’étendre pour englober petit à petit les plages de Bellangenêt et du Kérou. Une urbanisation qui va se faire au prix du nivellement des dunes qui avait fait la réputation de la station.

En balade, vous rencontrerez sûrement les villas Nestour, la villa Avel Mor ou encore La Louisiane, qui vous feront voyager par leur nom évocateur. Pour la visite à pied sur le Chemin des peintres il faut passer à la Maison Musée du Pouldu.

Source : Mag16 Quimperlé Communauté

Pour découvrir en vidéo cette balade, Frédéric de Faut qu’ça marche ! nous invite à marcher dans le pas des peintres du Pouldu. A travers une randonnée de 7 km au départ du port du Pouldu sur le GR34 dans le Finistère.

A la découverte de Pont-Aven

Pont-Aven vous invite à une plongée dans l’histoire de l’art et à découvrir un patrimoine historique et naturel unique en Bretagne.

Pont-Aven, cité des peintres

C’est à l’Hôtel Gloanec, ouvert en 1892 et aujourd’hui nommé Hôtel des Ajoncs d’Or, que Gauguin échange avec Émile Bernard et rencontre plus tard le poète Alfred Jarry pour qui il voue une admiration sans borne. La petite cité bretonne est depuis toujours le refuge des peintres et le royaume des galeries d’art.

Le musée de Pont-Aven, anciennement « Hôtel des Voyageurs » où résidaient les peintres de passage à Pont-Aven, est le témoignage vivant de cette époque où se côtoient artistes français, américains et européens.

Les paysages champêtres au bord de l’estuaire de l’Aven demeurent une source d’inspiration inépuisable pour les peintres. Séduits par la beauté de la côte rocheuse, l’authenticité des lieux et l’accueil des habitants.

L’histoire de Paul Gauguin (c) Tébéo

Pont-Aven se visite à pied, à vélo ou en bateau, au gré de vos envies

Sillonnez les charmantes ruelles bordées d’échoppes d’artisans et de galeries d’art. Enjambez ponts et passerelles pour flâner sur le port lors d’une agréable balade. En visite libre ou guidée, parcourez la cité des peintres et marchez sur les pas de Gauguin.

Attardez-vous sur les berges de l’Aven et suivez les méandres de la rivière qui contraste avec la douceur du bois d’amour. Laissez-vous tenter par une balade sur l’Aven jusqu’à l’embouchure. Rejoignez le petit port et faites une croisière commentée à bord de la vedette Paul Gauguin.

Pour en savoir plus visitez l’Office de Tourisme de Pont-aven.

La Promenade du poète Xavier Grall

Empruntez la promenade Xavier Grall, un havre de paix en plein cœur de la ville. La promenade est un hommage au poète et écrivain du 20ème siècle qui a beaucoup écrit sur la Bretagne et notamment sur Pont-Aven dans son livre intitulé « Rire et pleurs de Pont Aven« .

Aménagé sur les berges de l’Aven, l’itinéraire Xavier Grall itinéraire piéton longe la rivière et traverse un canal d’amenée au moulin de Poulhouars. La promenade abrite une belle collection de plantes qui fleurissent au fil des saisons. Le chemin est bordé d’anciens lavoirs au charme unique. Sur votre parcours vous pourrez admirer de petits escaliers de pierre typiques de Bretagne, des maisons aux façades fleuries, des passerelles colorées.

Tout proche, découvrez aussi les Chaos de l’Aven : d’énormes blocs de granit, arrondis par l’érosion des pluies et vents, façonnés par le courant de la rivière… une halte insolite qui sera le terrain de jeu idéal de nombreux visiteurs.

Le Bois d’Amour

Lors de votre séjour à l’hôtel rendez-vous au Bois d’Amour. Situé à deux pas du centre-ville, le Bois offre à ses visiteurs un circuit au bord de l’Aven, 1 heure de balade au coeur des sous-bois bretons.C’est un lieu d’inspiration le plus connu et le plus fréquenté qui séduit les peintres de tous horizons.

Offrez-vous une parenthèse verte et flânez dans le Bois d’Amour. Longez-le port et rejoignez l’entrée du sentier pédestre. Enfoncez-vous un peu plus loin dans la forêt, suivez le cours de la rivière et découvrez à l’orée du bois la chapelle de Trémalo.

Baladez-vous dans le Bois d’Amour et laissez-vous prendre par l’esprit artiste, sur les traces de Gauguin ou Sérusier… Calme et sérénité, une nature luxuriante entre cyprès, séquoia, chênes, charmes, hêtre…

La promenade des moulins de Pont-Aven

Pont-Aven et ses environs compte pas moins de 15 moulins. Implantés depuis l’antiquité le long de l’Aven, les moulins furent une véritable source de revenu pour les meuniers mais aussi une véritable source d’inspiration pour les peintres. Aujourd’hui, les moulins continuent de découper les paysages de Pont-Aven.

Remaniés pour la plupart restaurés notamment au niveau des roues via l’association Patrimoine et Culture, certains moulins se visitent. Un itinéraire à travers la ville permet grâce à des plaques en bois de retrouver ces moulins et de connaître leur histoire. Sur votre parcours vous trouverez le moulin du Haut-Bois, le moulin du Plessis, le moulin Neuf, le moulin de Kermentec, le moulin de Pénanros, le moulin du Petit Poulguin ou encore le moulin du Grand Poulguin.

Un patrimoine historique et culturel exceptionnel

Aux alentours de Pont-Aven, votre parcours sera émaillé de nombreux points d’intérêt et sites touristiques : le site du Hénan avec le moulin à marée, la maison du meunier, les chapelles de Trémor et Sainte-Marguerite, le château du Hénan, les petits ports de Kerdruc et Rosbraz, ou encore l’anse de Kerroched et Port-Manec’h.

Sans oublier un passage à la boutique Traou Mad pour déguster les célèbres galettes bretonnes de Pont-aven.

Le port de Merrien

Terre de contraste, la ria de Merrien est une étonnante mosaïque entre océan, lande et rivière qui compose un tableau unique :

  • Rive gauche : le port avec ses activités humaines, ses maisons traditionnelles, ses ajoncs …
  • Rive droite : avec ses petites plages qui parsèment la rivière, son écrin de forêt, sa maison des douaniers …

Port de Merrien
Port de Merrien vue de la rive droite

« Ce petit coin de territoire mérite vraiment d’être connu. C’est encore sauvage, c’est une balade très agréable, souligne Marcel Le Pennec, maire de Moëlan-sur-Mer. De la pointe de Kersecol, rive droite vous avez un point de vue superbe sur la côte morbihannaise et l’île de Groix, et vers l’est un point de vue sur l’entrée de la ria et la côte de Brigneau ».

Blotti et protégé par la pointe de Coguen, le port de Merrien a connu ses heures de gloire au XIXe siècle avec la présence d’une conserverie construite en 1876. Une vingtaine de chaloupes alimentaient celle-ci en poissons du littoral (sardines, maquereaux, thons). La cale de Merrien date de cette époque et permettait de débarquer facilement les produits de la pêche. Aujourd’hui, la conserverie a disparu comme toute activité professionnelle de pêche. Sur son ancien emplacement, se dressent les bâtiments ostréicoles de la famille Kermagoret.

Sentier côtier Merrien
Sentier côtier Merrien

Et oui, car l’activité ostréicole, toujours représentée par deux exploitants sur la ria (la deuxième c’est Isabelle Morvan), est présente depuis 1860. Prosper Avice, comte de Mongon, maire de Moëlan, obtint à cette date l’autorisation d’établir un parc à huîtres dans la ria de Merrien, dans une petite crique située sur la rive droite, en dessous de son château de Plaçamen. C’est le début de l’huître de Merrien, petit bijou façonné par l’eau douce et l’eau de mer.

Sur cette rive droite, le sentier des douaniers permet de découvrir le verger de Kermerrien, qui a donné son nom à une pomme, le sémaphore de Merrien, surplombant la plage du Comte, pour finir à la maison des douaniers. Cette bâtisse au toit en escalier abritait au XVIIIe siècle les gardes pour la surveillance des côtes face aux Anglais ou contrebandiers.

La maison des douaniers
La maison des douaniers à la pointe de la rive droite de Merrien

La rive droite présente un aspect bien différent de sa voisine de gauche. Les rives sont arborées de feuillus majestueux depuis le moulin l’Abbé, pour laisser place à une lande littorale sur la partie côtière. « L’extraordinaire beauté des lieux, la géomorphologie, les paysages et la biodiversité exceptionnelle ont déterminé le choix du Conservatoire du littoral à acquérir en 1977, pour la première fois en Bretagne, un espace de 64,82 ha dénommé presqu’île de Merrien », précise M. Le Pennec.

Une Balade au bois de Plaçamen, pour que la ria vous livre les secrets de sa rive droite. Les lieux à découvrir sur la carte de course d’orientation sont entourés et numérotés, vous y trouverez une borne en bois munie d’une pince pour poinçonner. Grâce à un texte et à une photo vous découvrirez à cet endroit une information ou un élément caractéristique du site, poinçonnez la carte dans la case de la question, et comparez le poinçon obtenu, vous obtiendrez la réponse à la question. Faites le parcours à votre allure, dans l’ordre qui vous convient et dans le respect de l’environnement.

Carte Brigneau Merrien Doelan
La carte Brigneau-Merrien-Doëlan, les ports de la côte sud de Moëlan.

Protégée au titre des Espaces Naturels Sensibles, toute cette zone bénéficie d’une attention particulière de la part de tous les propriétaires et usagers. Depuis 2016, Quimperlé Communauté s’inscrit dans ce projet en coordonnant la gestion des Espaces Naturels Sensibles pour l’optimisation de l’entretien et la valorisation de ces espaces.

Source : Quimperlé Communauté Mag 16 n° 29

Le port du Bélon

Depuis la baie de Kerfany, le port du Bélon se découvre après avoir pénétré dans la rivière ostréicole du Bélon, berceau de l’huître plate « la Belon ». La rivière s’écoule entre des rives remarquables que de nombreux peintres ont immortalisées.

C’est un excellent abri pour les bateaux et on y trouve tous les services à proximité.

Port du Belon
Port du Belon, les bateaux de plaisance.

Chaque jour à l’arrivée des bateaux de pêche, une vente des produits de la mer est organisée sur l’étal du port.

Port du Belon, les bateaux de pêche
Port du Belon, les bateaux de pêche, le Cornouaille débarque sa pêche tous les jours vers 17h pour une vente sur le port.

De nombreuses activités se pratiquent, de la pêche côtière à l’élevage d’huîtres plates et creuses en passant par la découverte en bateau du Bélon et de l’Aven.

Port du Belon
Port du Belon, sur l’autre rive les huîtres de Jacky, coté Riec.

Dégustation d'huîtres du belon
Dégustation d’huîtres du belon chez Jacky

Doit-on écrire Bélon ou Belon ? Cela s’écrit Belon en breton parce qu’en breton les ‘e’ ne portent pas d’accent. Mais en français on doit écrire Bélon (c’est d’ailleurs le cas de la plupart des panneaux routiers et des cartes) et on doit le prononcer Bélon parce que sinon il faudrait écrire Beulon : en breton, le ‘e’ se prononce presque toujours ‘é’, rarement ‘è’, mais jamais ‘eu’.

Depuis notre maison d’hôtes vous pouvez vous rendre au port du Bélon par les sentiers de randonnée.

Le port de Doëlan

Prenez votre temps pour arriver à Doëlan en voiture, les routes sinueuses de campagne qui mènent au port révèlent de ravissants panoramas. vous apercevrez en arrivant sur le port une longue digue qui protège les mouillages des embarcations des caprices du large.

Rive droite vous verrez le phare blanc et rouge, tandis que rive gauche le phare blanc et vert s’élève au-dessus de la cale pavée :

Phare de Doelan
Phare rive gauche de Doelan et la maison du médecin de Doc Martin

Une demeure rose indique l’ancien site de la conserverie Capitaine Cook, l’entreprise existe toujours mais s’est repliée dans des bâtiments plus modernes à Clohars-Carnoët. La maison a coté du Phare sur la photo est celle qui a servi de cabinet médicale pour le tournage de la série TV Doc Martin avec Thierry Lhermitte.

Derrière le canot bleu et orange de la SNSM, les bateaux de pêche et de plaisance se laissent bercer par les marées dans le port.

Port de Doelan
Port de Doëlan et la vedette de la SNSM

Au milieu du port vous pourrez admirer le Rigolo, un ancien canot à misaine qui pêchait jusqu’en 1957. C’est une réplique de misainier à tape-cul de Doélan, il pratiquait des pêches diverses, mais surtout celle au maquereau.

Le Rigolo
Le Rigolo canot à misaine du port de Doëlan
Doelan Rigolo
Le Rigolo, canot à misaine du port de Doëlan

Sur la rive droite en fin d’après-midi, vous pouvez choisir votre dîner dans les bacs de poissons, de crustacés fraîchement débarqués et des moules de la Laïta dans une animation permanente. Ou plus simplement dans les restaurants autour du port comme le Trois Mats que nous vous recommandons avec sa belle terrasse qui domine le port.

Depuis la rive droite, pour se balader à pied, un chemin de randonnée en corniche, sous de coquettes maisons en étages, s’enfonce dans l’estuaire et passe d’une berge à l’autre.

Carte Circuit #1 Doelan rive droite
Carte Circuit #1 Doelan rive droite

Voici, dans une vidéo vue du ciel, ce que vous pourrez découvrir :

Et un reportage d’une grande chaîne de télévision nationale sur ce petit port en hiver :

Les grandes marées et la pêche à pied

Gratuite et familiale, la pêche à pied a tout pour plaire. Avant de se lancer à l’assaut des coquillages et crustacés à l’occasion des grandes marées voici nos conseils et bons plans.

C’est quoi une grande marée ?

Une marée est une variation du niveau de la mer due à l’action gravitationnelle de la Lune et du Soleil, astres dont les mouvements peuvent être calculés avec précision sur des périodes de plusieurs centaines, voire de plusieurs milliers d’années !

Les « grandes marées » ou « vives-eaux » ont lieu deux fois par mois : cela correspond aux deux périodes où la lune et le soleil sont alignés par rapport à la Terre. On parle généralement de grande marée lorsque le coefficient des marées est supérieur à 90. Et le coefficient de marée pour la France entière est calculé sur la base du port de Brest et fournies par le port le SHOM.

Vous pouvez retrouver les marées de notre côte sur le site du SHOM.

Les bons coins

Il existe plusieurs coins de pêche à pied en pays de Quimperlé :

  • À Clohars-Carnoët, il est conseillé de chercher du côté des petites criques de Porz Guerec, Porz Castel, Porsac’h ou la Roche percée.
  • À Moëlan-sur-Mer, les sites de la pointe de Kersecol ou Baz Couz à Merrien sont prisés, de même que Malachape à Brigneau, Trénez ou l’anse du Gorgen coté Belon.
  • À Riec-sur-Belon, la plage de Quésteland ou l’anse de Saint-Léger, sur la rivière du Belon sont appréciées des pêcheurs à pied.

Que ramasse-t-on sur nos côtes ?

Dans les mares ou dans les algues, on pêchera des crevettes ou des bouquets à l’épuisette.

Aux embouchures des rias, il est possible de trouver des huîtres, des moules ou des bigorneaux. Pour les coques, palourdes et pieds de couteau, la ria du Belon est idéale.

Les plus sportifs iront soulever les cailloux à la recherche des crabes, étrilles ou tourteaux principalement. Sur les rochers, il est facile de pêcher des berniques à l’aide d’un couteau.

On trouve aussi des variétés d’algues comestibles, laitue de mer, dulse ou encore nori et kombu bien connues des amateurs de cuisine japonaise.

Les règles de bon sens

En premier lieu, il est important de respecter le milieu marin en laissant l’estran tel qu’on l’a trouvé. Toujours remettre les cailloux soulevés à leur emplacement. Pour la pêche à la palourde, ne pas labourer les sols au râteau. L’estran n’est pas un dépotoir, reprenez vos déchets avec vous : sacs plastiques, mégots, canettes, bouteilles, mouchoirs en papier seront mieux dans votre poubelle. Et si le cœur vous en dit, vous pouvez venir nous aider tout au long de l’année pour nettoyer la côte avec l’association Preserv’Action.

Attention à bien anticiper la remontée de la marée pour ne pas se laisser encercler par les eaux. Ne jamais partir seul, prévenez votre entourage de votre lieu de pêche avant de partir. Prendre un équipement adapté, bottes ou vieilles baskets, la pêche pieds nus est à proscrire.

Manger sa pêche rapidement ,dans les 24 heures, voici quelques idées de recettes. Pour la conserver fraîche, on peut la garder au frais en la recouvrant d’une poignée d’algues ramassées sur les rochers. 

La réglementation

La taille des prises est réglementée. 4 cm minimum pour les palourdes et 6,5 cm pour les étrilles par exemple. Le poids de la pêche est également limité. Certaines zones connaissent des interdictions temporaires de pêche pour cause d’insalubrité. 

Pratique

Se renseigner auprès des mairies concernées pour les interdictions de pêche ou directement à la direction départementale de la protection de la population au 02.98.64.36.36.

Pour prévenir le risque sanitaire lié à la consommation de coquillages, l’ARS Bretagne, l’Agence de l’eau et l’Ifremer ont aussi mis en place un site pecheapied-responsable.fr mettant à disposition du public une information complète et actualisée à l’échelle de la Bretagne, qui permet aux pêcheurs de s’informer. Les différentes zones de pêche y sont classées selon 5 catégories : autorisé, toléré, déconseillé, interdiction temporaire et interdiction permanente.

Et l’Agence régionale de santé Bretagne de mettre en garde : 

Chaque année, des intoxications alimentaires liées à la consommation de coquillages sont rapportées à l’ARS Bretagne. Ces intoxications, souvent bénignes, peuvent prendre une forme plus grave, nécessitant parfois une hospitalisation.

Pour les réglementations sur les tailles de capture, renseignements dans les offices de tourisme.

PecheaPied-tailles-especes

Voir aussi le Guide des bonnes pratiques de toutes les pêches en mer : du bord, à pied et en bateau diffusé par la ville de Riec-sur-Belon.

Si vous avez besoin d’un petit mode d’emploi pour le choix chez les ostréiculteurs pour déguster des huîtres entre la Ria du Bélon et la Ria de Merrien, consultez le Guide de survie de l’amateur d’huître.

Et ensuite comment les cuisiner ?

Noms des coquillages

Les bigorneaux

Collés à la paroi des rochers, souvent cachés sous les algues, les bigorneaux se détachent facilement à la main. Gare à ne pas confondre avec les littorines, à la coquille plus claire (jaune, verte, rose), qui sont immangeables.

Cuisson : rincer les bigorneaux. Les couvrir d’eau froide salée (30 g de gros sel gris par litre). Ajoutez un tour de moulin à poivre, éventuellement du laurier, du thym… Porter à ébullition à feu doux. Éteindre dès qu’apparaissent les petits bouillons, laisser 5 min dans l’eau chaude et égoutter.

À déguster à l’apéro, en entrée ou étalés sur une tartine de pain au beurre salé.

Les palourdes

Les palourdes se repèrent grâce au trou qu’elles laissent à la surface, sur le sable : deux petits trous pour le mâle ou en forme de huit pour la femelle. Elles se cachent plus profondément que les coques (8 à 12 cm). Il faut donc prévoir une pelle ou un râteau.

Cuisson : faire dégorger dans de l’eau de mer (une nuit) pour libérer le sable. Cuire 3-4 min à feu vif dans une poêle ou un faitout en remuant jusqu’à ce que tous les coquillages soient ouverts.

On peut soit les faire revenir dans un mélange de beurre salé, échalottes, ail, persil, vin blanc ; soit les cuire au naturel pour les cuisiner à sa guise (dans un plat de pâtes, un mélange de légumes…) ou les faire gratiner ensuite au four (3-4 min à 250° C) avec une persillade.

Pour une persillade de 30 palourdes : 150 g de beurre, 2 gousses d’ail, un bouquet de persil, un demi citron, du sel et du poivre.

Les bons coins de pêche à pied de l’Office de Tourisme Quimperlé Terre Océane

Concarneau et sa ville close

À la fois parmi les plus grands ports de pêche français et ville d’art et d’histoire, Concarneau voit le décor bigarré de ses docks côtoyer celui de son étonnante ville close, dont les remparts ont été élevés au XIVème siècle. Un circuit de visite proposé par l’Office de Tourisme vous fera découvrir toute l’histoire de cette belle ville.

concarneau-ville-close

Concarneau est tout entière dédiée à la mer, dotée d’un excellent musée de la Pêche et d’un Marinarium, elle offre également une agréable façade balnéaire faite de petites criques et de longues plages de sable blanc comme par exemple celle du Cabellou.

concarneau-port

Pour plus d’information visitez le site de l’Office de Tourisme de Concarneau.

Voici une carte pour organiser votre visite :

Infos pratiques : Pour le stationnement des véhicules, le plus simple est de laisser la voiture sur le parking de la gare, ensuite de descendre à pied l’avenue de la Gare pour rejoindre le port et la ville close tout juste à 10 minutes de marche.

Kerdoualen

Le petit village de Kerdoualen est à 500 mètres de notre maison d’hôtes, il est typiquement breton avec ses vielles maisons en pierres aux volets bleus et sa fontaine lavoir au cœur du village.

Maisons dans le village de Kerdoualen
Maisons dans le village de Kerdoualen

En descendant vers la côte vous pourrez prendre à droite sur le sentier côtier pour rejoindre la pointe de Kerfany et sa grande plage ou à gauche pour retrouver l’île Percée et la plage de Trenez.

La côte très rocheuse est formée de petites criques où l’on ne peut accéder qu’à pied, c’est ce qui en fait tout son charme. Ces petites criques sableuses : Plage Grise, Prat Hervet, Porsguen, sont connues de tous les habitants du coin, mais on y trouve toujours de la place pour y poser sa serviette. Quel plaisir d’être loin des routes bruyantes et des grandes plages bondées et de profiter de l’océan.

Plage de Prat Hervet
Plage de Prat Hervet

Pour vous y rendre depuis Ti Bleuñv-Nevez (Repère M) suivez la carte ci-dessous :

Kerdoualen
Kerdoualen

Retrouvez aussi cette carte sur Google Maps.

Les plages de Kerfany et Trenez

Située sur la bordure sud de la Cornouaille , la commune de Moëlan-sur-Mer sera heureuse de vous recevoir sur ses plages sous le signe du Pavillon Bleu.

Ses trois rias qui hébergent les trois ports du Bélon, Brigneau et de Merrien vous offrent de nombreuses promenades sur les chemins côtiers dans un cadre exceptionnel, pittoresque et sauvage. Son littoral est riche d’une flore et d’une faune abondante et diversifiées, les couleurs des paysages côtiers changent chaque jour au rythme des marées et de la météo.
Ses fonds rocheux font le bonheur des plongeurs sous-marins et ses criques et plages sauvages de sable gris ou de galets celui des familles et des jeunes enfants.

Après un bel après-midi de plage, de pêche à pied ou après une randonnée pédestre vous pourrez vous régaler devant une belle assiette de fruits de mer ou de poissons fraîchement pêchés par nos professionnels de la pêche côtière.

Moëlan-sur-Mer vous accueillera tout au long de l’année et notamment l’été avec ses nouvelles infrastructures liées à l’obtention du Pavillon Bleu : accès PMR, sanitaires, qualité des eaux, surveillance de plage, …

Petite station balnéaire proche de l’embouchure du Belon, Kerfany, parsemée de maisons typiques, est pourvue d’une jolie plage de sable et d’une mer calme. Surveillée en juillet et août, elle est idéale pour la baignade. Un tiralo (fauteuil roulant de baignade) est mis à disposition durant l’été. La grande aire de jeu pour enfant et nombre d’activités nautiques sont praticables auprès du camping situé à deux pas de la plage.

Kerfany-les-Pins
La plage de Kerfany-les-Pins vue d’avion

Au milieu de la plage de Trénez, plus sauvage que celle de Kerfany on trouve l’Île Percée, accessible par un gué à marée basse. Le gué permet de rejoindre à marée basse l’Ile Percée. Pendant la Seconde Guerre Mondiale, les allemands y construisirent deux imposants blockhaus pour installer des batteries de surveillance pour protéger la base de sous-marins de Lorient. On peut encore apercevoir aujourd’hui les piles du pont qui reliait alors la plage aux blockhaus.

Visite aérienne des plages et rias de Moëlan et de Clohars :

Pour découvrir ces deux belles plages, venez explorer notre album photo sur Facebook.

Vous pouvez aussi les découvrir à l’occasion de l’une de nos randonnées pédestre comme celle de Kerfany à l’île Percée.