Une Appli Rando, même sans réseau

L’application gratuite Rando Bretagne Sud permet d’utiliser un appareil mobile comme un GPS pour s’orienter. Disponible sur smartphone ou tablette, elle présente une ergonomie adaptée pour une utilisation simple et une navigation intuitive même sans réseau.

Découvrez tous les circuits de randonnées sur cette application GPS, sur le pays de Quimperlé et de Lorient. Voici un aperçu visuel à proximité de notre maison d’hôtes :

Rando Bretagne Sud
Aperçu des randonnées disponibles sur l’application Rando Bretagne Sud autour de Ti Bleunv-Nevez.

Elle donne la possibilité aux randonneurs de choisir leur parcours et de préparer la balade avant le départ selon les critères proposés : durée de parcours, type de paysage, niveau de difficulté…

Grâce à la géolocalisation, l’ensemble des itinéraires à proximité de l’utilisateur s’affiche sur une cartographie. Il suffit alors de télécharger le circuit sélectionné et de se laisser guider !

Le randonneur est guidé sur le parcours par un fléchage directionnel et les points d’intérêt, comme le patrimoine, la faune, la flore qui jalonnent le sentier. L’application propose également un visuel du lieu, un contenu audio historique et des quiz.

Sur le territoire de Quimperlé Terre Océane, une cinquantaine de boucles VTT et de circuits pédestres est accessible, soit plus de 1 300 km de sentiers de randonnées dont le fameux GR34 et autre PR. Un circuit est également accessible aux personnes à mobilité réduite.

Pour la télécharger suivez le guide sur Quimperlé Terre Océane.

Publicités

Le Pouldu, un regard sur l’océan

Station balnéaire réputée de notre territoire, tant pour ses plages que pour ses paysages peints par Gauguin, le Pouldu est un endroit où se cachent de nombreux trésors d’architecture, témoins de l’histoire de son développement au fil du temps.

Le Pouldu en BD

Quand Gauguin et ses amis artistes s’installent en 1889 dans l’établissement de Marie Henry, La buvette de la Plage, nous sommes loin de la station populaire d’aujourd’hui.

De grandes dunes de sable règnent sur la côte et seules quelques fermes, dispersées autour de petits hameaux, viennent habiller l’arrière-pays. En comparaison avec l’intense activité artistique de Pont-Aven, ville marchande, Le Pouldu apparaît sauvage et propice à la solitude.

LePouldu-gauguin
Peinte par Paul Gauguin, Paysage au Pouldu – La maison isolée, 1889

À cette époque, quelques maisons sont disséminées sur le chemin menant à la plage des Grands sables. Le tourisme balnéaire est à ses prémices, et l’endroit est seulement fréquenté par quelques notables de Quimperlé pour la balade. En 1875, un notaire de la Ville fait construire la première maison en bord de mer. Cette bâtisse, surnommée Pen Du ou la maison isolée, est flanquée d’un mur en pierre qui caparaçonne la falaise. Son allure de vaisseau de pierres échoué a inspiré de nombreux tableaux.

lechemindespeintresÀ la suite, l’une des premières villas à s’implanter est le Castel Treaz, le château de sable. Située à proximité de la plage, elle est commandée par Henry de Mauduit. En octobre 1889, Meyer de Haan y loue le second étage comme atelier de peinture. Un atelier qu’il partage avec son professeur Paul Gauguin à qui il paie le gîte et le couvert chez Marie Henry.

Sentant l’attrait touristique pour ce coin de Finistère, plusieurs projets d’hôtel vont s’implanter. En 1894, Alphonse Marrec se lance dans l’aventure avec l’Hôtel des bains.

La mode du balnéaire n’étant pas encore là, l’édifice est modeste et propose six chambres face à la mer. Mais douze ans plus tard, l’hôtel s’agrandit dans un style classique, avec en location soixante chambres. Son établissement est aussi le premier à installer des cabines sur la plage, et à proposer une bassine d’eau pour les pieds avant de regagner sa chambre, pour éliminer le sable.

Au début du XXe siècle, l’urbanisation s’étend et des projets, organisés en lotissement, sont lancés notamment le long de la rue du Philosophe Allain. Chaque maison est construite plus ou moins selon le même plan, mais elles ont aussi la particularité d’être ouvertes autant du côté mer que du côté campagne.

Durant l’entre-deux-guerres, le Pouldu est devenu une station balnéaire respectable. Les sept hôtels à proximité de la plage des Grands sables attirent une clientèle riche parisienne, belge ou anglaise.

LePouldu-GrandsSable
Le Pouldu, les Grands Sables de bon matin

Après la guerre, la station va s’étendre pour englober petit à petit les plages de Bellangenêt et du Kérou. Une urbanisation qui va se faire au prix du nivellement des dunes qui avait fait la réputation de la station.

En balade, vous rencontrerez sûrement les villas Nestour, la villa Avel Mor ou encore La Louisiane, qui vous feront voyager par leur nom évocateur. Pour la visite à pied sur le Chemin des peintres il faut passer à la Maison Musée du Pouldu.

Source : Mag16 Quimperlé Communauté

A la découverte de Pont-Aven

Pont-Aven vous invite à une plongée dans l’histoire de l’art et à découvrir un patrimoine historique et naturel unique en Bretagne.

Pont-Aven, cité des peintres

C’est à l’Hôtel Gloanec, ouvert en 1892 et aujourd’hui nommé Hôtel des Ajoncs d’Or, que Gauguin échange avec Émile Bernard et rencontre plus tard le poète Alfred Jarry pour qui il voue une admiration sans borne. La petite cité bretonne est depuis toujours le refuge des peintres et le royaume des galeries d’art.

Le musée de Pont-Aven, anciennement « Hôtel des Voyageurs » où résidaient les peintres de passage à Pont-Aven, est le témoignage vivant de cette époque où se côtoient artistes français, américains et européens.

Les paysages champêtres au bord de l’estuaire de l’Aven demeurent une source d’inspiration inépuisable pour les peintres. Séduits par la beauté de la côte rocheuse, l’authenticité des lieux et l’accueil des habitants.

Pont-Aven se visite à pied, à vélo ou en bateau, au gré de vos envies

Sillonnez les charmantes ruelles bordées d’échoppes d’artisans et de galeries d’art. Enjambez ponts et passerelles et flânez sur le port lors d’une agréable balade. En visite libre ou guidée, parcourez la cité des peintres et marchez sur les pas de Gauguin.

Attardez-vous sur les berges de l’Aven et suivez les méandres de la rivière qui contraste avec la douceur du bois d’amour. Laissez-vous tenter par une balade sur l’Aven jusqu’à l’embouchure. Rejoignez le petit port et faites une croisière commentée à bord de la vedette Paul Gauguin.

Pour en savoir plus visitez l’Office de Tourisme de Pont-aven.

La Promenade du poète Xavier Grall

Empruntez la promenade Xavier Grall, un havre de paix en plein cœur de la ville. La promenade est un hommage au poète et écrivain du 20ème siècle qui a beaucoup écrit sur la Bretagne et notamment sur Pont-Aven dans son livre intitulé « Rire et pleurs de Pont Aven« .

Aménagé sur les berges de l’Aven, l’itinéraire Xavier Grall itinéraire piéton longe la rivière et traverse un canal d’amenée au moulin de Poulhouars. La promenade abrite une belle collection de plantes qui fleurissent au fil des saisons. Le chemin est bordé d’anciens lavoirs au charme unique. Sur votre parcours vous pourrez admirer de petits escaliers de pierre typiques de Bretagne, des maisons aux façades fleuries, des passerelles colorées.

Tout proche, découvrez aussi les Chaos de l’Aven : d’énormes blocs de granit, arrondis par l’érosion des pluies et vents, façonnés par le courant de la rivière… une halte insolite qui sera le terrain de jeu idéal de nombreux visiteurs.

Le Bois d’Amour

Lors de votre séjour à l’hôtel rendez-vous au Bois d’Amour. Situé à deux pas du centre-ville, le Bois offre à ses visiteurs un circuit au bord de l’Aven, 1 heure de balade au coeur des sous-bois bretons.C’est un lieu d’inspiration le plus connu et le plus fréquenté qui séduit les peintres de tous horizons.

Offrez-vous une parenthèse verte et flânez dans le Bois d’Amour. Longez-le port et rejoignez l’entrée du sentier pédestre. Enfoncez-vous un peu plus loin dans la forêt, suivez le cours de la rivière et découvrez à l’orée du bois la chapelle de Trémalo.

Baladez-vous dans le Bois d’Amour et laissez-vous prendre par l’esprit artiste, sur les traces de Gauguin ou Sérusier… Calme et sérénité, une nature luxuriante entre cyprès, séquoia, chênes, charmes, hêtre…

La promenade des moulins de Pont-Aven

Pont-Aven et ses environs compte pas moins de 15 moulins. Implantés depuis l’antiquité le long de l’Aven, les moulins furent une véritable source de revenu pour les meuniers mais aussi une véritable source d’inspiration pour les peintres. Aujourd’hui, les moulins continuent de découper les paysages de Pont-Aven.

Remaniés pour la plupart restaurés notamment au niveau des roues via l’association Patrimoine et Culture, certains moulins se visitent. Un itinéraire à travers la ville permet grâce à des plaques en bois de retrouver ces moulins et de connaître leur histoire. Sur votre parcours vous trouverez le moulin du Haut-Bois, le moulin du Plessis, le moulin Neuf, le moulin de Kermentec, le moulin de Pénanros, le moulin du Petit Poulguin ou encore le moulin du Grand Poulguin.

Un patrimoine historique et culturel exceptionnel

Aux alentours de Pont-Aven, votre parcours sera émaillé de nombreux points d’intérêt et sites touristiques : le site du Hénan avec le moulin à marée, la maison du meunier, les chapelles de Trémor et Sainte-Marguerite, le château du Hénan, les petits ports de Kerdruc et Rosbraz, ou encore l’anse de Kerroched et Port-Manec’h.

Sans oublier un passage à la boutique Traou Mad pour déguster les célèbres galettes bretonnes de Pont-aven.

Le port de Merrien

Terre de contraste, la ria de Merrien est une étonnante mosaïque entre océan, lande et rivière qui compose un tableau unique :

  • Rive gauche : le port avec ses activités humaines, ses maisons traditionnelles, ses ajoncs …
  • Rive droite : avec ses petites plages qui parsèment la rivière, son écrin de forêt, sa maison des douaniers …
Port de Merrien
Port de Merrien vue de la rive droite

« Ce petit coin de territoire mérite vraiment d’être connu. C’est encore sauvage, c’est une balade très agréable, souligne Marcel Le Pennec, maire de Moëlan-sur-Mer. De la pointe de Kersecol, rive droite vous avez un point de vue superbe sur la côte morbihannaise et l’île de Groix, et vers l’est un point de vue sur l’entrée de la ria et la côte de Brigneau ».

Blotti et protégé par la pointe de Coguen, le port de Merrien a connu ses heures de gloire au XIXe siècle avec la présence d’une conserverie construite en 1876. Une vingtaine de chaloupes alimentaient celle-ci en poissons du littoral (sardines, maquereaux, thons). La cale de Merrien date de cette époque et permettait de débarquer facilement les produits de la pêche. Aujourd’hui, la conserverie a disparu comme toute activité professionnelle de pêche. Sur son ancien emplacement, se dressent les bâtiments ostréicoles de la famille Kermagoret.

Sentier côtier Merrien
Sentier côtier Merrien

Et oui, car l’activité ostréicole, toujours représentée par deux exploitants sur la ria (la deuxième c’est Isabelle Morvan), est présente depuis 1860. Prosper Avice, comte de Mongon, maire de Moëlan, obtint à cette date l’autorisation d’établir un parc à huîtres dans la ria de Merrien, dans une petite crique située sur la rive droite, en dessous de son château de Plaçamen. C’est le début de l’huître de Merrien, petit bijou façonné par l’eau douce et l’eau de mer.

Sur cette rive droite, le sentier des douaniers permet de découvrir le verger de Kermerrien, qui a donné son nom à une pomme, le sémaphore de Merrien, surplombant la plage du Comte, pour finir à la maison des douaniers. Cette bâtisse au toit en escalier abritait au XVIIIe siècle les gardes pour la surveillance des côtes face aux Anglais ou contrebandiers.

La maison des douaniers
La maison des douaniers à la pointe de la rive droite de Merrien

La rive droite présente un aspect bien différent de sa voisine de gauche. Les rives sont arborées de feuillus majestueux depuis le moulin l’Abbé, pour laisser place à une lande littorale sur la partie côtière. « L’extraordinaire beauté des lieux, la géomorphologie, les paysages et la biodiversité exceptionnelle ont déterminé le choix du Conservatoire du littoral à acquérir en 1977, pour la première fois en Bretagne, un espace de 64,82 ha dénommé presqu’île de Merrien », précise M. Le Pennec.

Une Balade au bois de Plaçamen, pour que la ria vous livre les secrets de sa rive droite. Les lieux à découvrir sur la carte de course d’orientation sont entourés et numérotés, vous y trouverez une borne en bois munie d’une pince pour poinçonner. Grâce à un texte et à une photo vous découvrirez à cet endroit une information ou un élément caractéristique du site, poinçonnez la carte dans la case de la question, et comparez le poinçon obtenu, vous obtiendrez la réponse à la question. Faites le parcours à votre allure, dans l’ordre qui vous convient et dans le respect de l’environnement.

Carte Brigneau Merrien Doelan
La carte Brigneau-Merrien-Doëlan, les ports de la côte sud de Moëlan.

Protégée au titre des Espaces Naturels Sensibles, toute cette zone bénéficie d’une attention particulière de la part de tous les propriétaires et usagers. Depuis 2016, Quimperlé Communauté s’inscrit dans ce projet en coordonnant la gestion des Espaces Naturels Sensibles pour l’optimisation de l’entretien et la valorisation de ces espaces.

Source : Quimperlé Communauté Mag 16 n° 29

Concarneau et sa ville close

À la fois parmi les plus grands ports de pêche français et ville d’art et d’histoire, Concarneau voit le décor bigarré de ses docks côtoyer celui de son étonnante ville close, dont les remparts ont été élevés au XIVème siècle. Un circuit de visite proposé par l’Office de Tourisme vous fera découvrir toute l’histoire de cette belle ville.

concarneau-ville-close

Concarneau est tout entière dédiée à la mer, dotée d’un excellent musée de la Pêche et d’un Marinarium, elle offre également une agréable façade balnéaire faite de petites criques et de longues plages de sable blanc comme par exemple celle du Cabellou.

concarneau-port

Pour plus d’information visitez le site de l’Office de Tourisme de Concarneau.

Voici une carte pour organiser votre visite :

Infos pratiques : Pour le stationnement des véhicules, le plus simple est de laisser la voiture sur le parking de la gare, ensuite de descendre à pied l’avenue de la Gare pour rejoindre le port et la ville close tout juste à 10 minutes de marche.

Randonnée du Belon à Kermeur

Venez découvrir l’anse de Lanriot et sa chapelle, depuis le XVIème siècle cette chapelle existe dans cette anse du même nom. Faute d’entretien, elle tombe en ruine en 1863. A partir de ce moment, les habitants du village trouvent des fonds pour remettre cette édifice sur pied. La plupart d’entre eux sont des marins, ils associent ainsi la chapelle de Lanriot à leur Vierge protectrice.

2016-07-10 15.53.12

Sur le parcous près de Kermeur Bihan, un site archéologique daté du néolithique est composé d’une allée couverte qui était probablement un lieu de sépulture il y a quelques millénaires. 11 piliers avec 6 dalles sur les 8 initiales forment l’allée de Kermeur-Bihan. Paul Châtellier, par ses fouilles en 1882, découvrit sur le site des vases, une écuelle, des haches polies et des outils en silex.

2016-07-10 15.05.46

La carte complète de cette randonnée pédestre de 5 km est disponible sur Cirkwi. Nous avons testé pour vous ce circuit sympathique en juin 2016.

Fiche de la Randonnée (PDF)

 

L’histoire de Kerfany-les-Pins

De Beg Eur Clec’h Burtul à Kerfany

Au 19ème siècle l’endroit s’appelle Beg Eur Clec’h Burtul. C’est une pointe rocheuse battue par les vents, couverte par la lande. Vers 1860 la vie s’installe avec la construction d’un prieuré démoli en 1957.

C’est en 1890 qu’advient la construction du sanatorium (actuelle résidence Castel Beach) par la comtesse Suchet d’Albufera et sa sœur la marquise de Bonneval. Il est destiné à de jeunes parisiens afin qu’ils puissent y venir respirer l’air iodé de l’Atlantique et ainsi, améliorer leur santé.

Kerfany-1

C’est l’abbé Stanislas Rosenberg, fondé de pouvoir de la comtesse d’Albufera qui lui présente Fanny Rives. Elles deviennent amies et c’est en sa mémoire que le sanatorium, érigé sous la supervision de l’abbé, avec les terrains attenants sera appelé Kerfanny et pour simplifier Kerfany.

1926 – Le lotissement de Kerfany est approuvé par arrêté préfectoral

En 1899-1900, M. Yves-Marie Salin, propriétaire des viviers de Beg Porz (huîtres, homards, langoustes, crevettes…), rachète le sanatorium et les terrains attenants. Il y plante des centaines de pins pour la fabrication de cagettes destinées à l’expédition des crustacés à Paris.

En 1925, M. Bernheim rachète les biens de M. Salin et en 1926 crée le lotissement de Kerfany. Il fait construire la cale de la plage (aujourd’hui disparue), fait installer l’eau (trois puits) et l’électricité, transforme l’ancien couvent en hôtel et commence à vendre les lots.

Dans les années 30, Mme Coreau tient l’hôtel restaurant « les Pins », ex-restaurant de la célèbre Mélanie Rouat installée à Riec-sur-Belon. C’est un hôtel bien tenu et apprécié de la clientèle essentiellement parisienne.

1939-1945 – Le mur de l’Atlantique

L’armée allemande s’installe à Kerfany, y construit de nombreux blockhaus contribuant au mur de l’Atlantique.

Kerfany-2

Le 31 juillet 1944, 20 résistants français et un aviateur britannique sont atrocement fusillés par les troupes allemandes dans le bois de Kerfany. Un monument leur a été dédié et leur mémoire est célébrée tous les ans chaque dernier dimanche de juillet.

Kerfany-2b

1950 à aujourd’hui – Le tourisme à Moëlan

Les effets du tourisme commencent à se développer. La plage est très fréquentée, le camping et le caravaning se développent. Le camping municipal s’installe derrière le mur en fond de plage.

Kerfany-3

En 1954 les constructions de maisons commencent et une « Association Syndicale Autorisée de Kerfany les Pins » est constituée. Elle existe toujours mais soumise aux règles communales d’urbanisme elle ne donne qu’un avis consultatif.

La tempête du 15 octobre 1987 a changé radicalement l’aspect de la pointe; beaucoup d’arbres, la plupart âgés et malades, ont été couchés ou brisés. A la densité forestière a succédé la clarté et la vue sur mer. Une replantation importante a été effectuée et le lotissement a repris un aspect verdoyant.

Le but de l’association syndicale, avec le concours de la municipalité de Moëlan-sur-Mer, est de conserver à ce site naturel, remarquable et apprécié, un aspect propre, entretenu et fleuri avec une ambiance familiale et touristique paisible.

Au fil des ans, Kerfany-les-Pins s’est adapté aux hommes et au tourisme. Aujourd’hui ce site, de loin le plus connu de Moëlan-sur-Mer, avec sa plage, qui est un attrait pour Kerfany, où de nombreux vacanciers viennent y trouver le repos, le soleil et les plaisirs nautiques dans une ambiance familiale.

Kerfany-4

Crédit Photo :  association « Mémoire et Photos de chez nous » (Source)